Asie centrale

Les millions d’habitants des régions de montagne d’Asie Centrale sont, en majorité, pauvres et ruraux. La plupart vivent à basse altitude et dans les vallées, où ils pratiquent l’agriculture intensive, essentiellement de céréales et de coton. Ils élèvent aussi des animaux — en particulier des ovins — et les font paître des zones de plaine jusque sur les pentes douces. La population est plus nombreuse à la base du Pamir et sur les nombreux contreforts occidentaux du Tien Shan, notamment l’Altau et l’Alaï.

Les communautés locales, mais aussi les villes des terres basses éloignées tirent toutes profit de l’eau et des autres ressources des montagnes de l’Asie Centrale. Les grands bassins versants fournissent de l’eau pour la boisson, pour l’irrigation et pour l’industrie, ainsi que pour l’énergie hydroélectrique tirée du nombre croissant de barrages. Le charbon, le fer, le plomb, l’argent et le zinc extraits du Tien Shan sont importants pour plusieurs économies nationales; tandis que l’Altaï tire une grande partie de ses revenus de l’industrie et des activités extractives de divers minéraux -or, argent, mercure, fer, plomb, zinc et cuivre. L’Altaï mongolien a peu d’agriculture; et les industries n’ont guère été développées. Le tourisme est un secteur en plein essor dans les montagnes de l’Asie Centrale.

Les membres de l’Initiative sur l’Asie Centrale se sont réunis pour la première fois durant la session spécialement consacrée à ce thème lors de la deuxième réunion mondiale du Partenariat de la montagne, ou ‘Conférence de Cuzco’ (Pérou, 28-29 octobre), afin d’examiner les secteurs prioritaires d’action et les connexions potentielles entre les membres.