Configuration

Les chaînes de montagne couvrent une vaste superficie de l’Asie Centrale. Les montagnes de l’Asie Centrale sont souvent considérées comme partant du plateau Pamir au Tadjikistan et en Afghanistan. Puis, elles s’étendent vers le nord-est pour couvrir le système Altaï, à la limite de la frontière de la Fédération de Russie. A une extrémité climatique, les montagnes comprennent des plateaux désertiques au sud-ouest qui peuvent voir la température monter à 50°C. A l’autre extrémité, se trouve la toundra de l’Altaï, où les températures peuvent chuter à moins — 62°C. Entre les deux règne toute la gamme de microclimats — du subtropical au subarctique, qui émaillent les profondes vallées et gorges des montagnes de l’Asie Centrale, et leurs cimes imposantes et hauts plateaux. Cette diversité de climats et de terrains a donné naissance à une pléthore d’écosystèmes uniques en leur genre.

Qui a besoin des montagnes d’Asie Centrale

Appartenant à une des dizaines de groupes ethniques et linguistiques, les millions d’habitants des montagnes de l’Asie Centrale sont, dans leur grande majorité, pauvres et ruraux. La plupart vivent dans les plaines et les vallées, où ils pratiquent l’agriculture intensive, essentiellement de céréales et de coton. Ils font paître également de grands nombres d’animaux – en particulier des moutons- qui montent des zones de plaine sur les pentes douces. La population est plus dense à la base du Pamir et sur les nombreux contreforts occidentaux du Tien Shan, notamment l’Altau et l’Alai.

Les communautés locales comme les villes des terres basses éloignées bénéficient tous de l’eau et des autres ressources des montagnes de l’Asie Centrale. Les grands bassins versants fournissent de l’eau pour la boisson, pour l’irrigation et pour l’industrie, ainsi que pour l’énergie hydroélectrique tirée du nombre croissant de barrages. Le charbon, le fer, le plomb, l’argent et le zinc extraits du Tien Shan sont importants pour plusieurs économies nationales; tandis que l’Altaï tire une grande partie de ses revenus de l’industrie et des activités extractives de divers minéraux -or, argent, mercure, fer, plomb, zinc et cuivre. L’Altaï mongolien a peu d’agriculture; et les industries n’ont guère été développées. Le tourisme est un secteur en plein essor dans les montagnes de l’Asie Centrale.

Le saviez-vous?

  • Le Pamir est un haut plateau montagneux que l’on appelle parfois “noeud” à l’intersection de plusieurs grandes chaînes: l’Himalaya, le Karakoram, l’Hindu Kuch et le Tien Shan.
  • Les montagnes de l’Asie Centrale s’étendent à travers l’Afghanistan; le Kirghizstan, le Kazakhstan et le Tadjikistan, et dans une moindre mesure, l’Ouzbékistan et le Turkménistan; une petite partie de la Chine occidentale; le nord de la Mongolie; et la République Altaï du sud de la Fédération de Russie.
  • “Tien Shan” veut dire “montagnes célestes” en chinois.
  • Le lac Issyk-Koul, dans le Tien Shan en République kirghize, a une superficie de 10 800 km² et une profondeur de 700 m, ce qui en fait le deuxième lac de montagne le plus grand du monde.
  • Les zones montagneuses représentent près de 70% du territoire chinois et abritent plus de 50% de sa population.
  • Les précipitations annuelles dans la chaîne de l’Altaï vont de 250 mm aux plus basses altitudes à 500 mm à 3 000 m. Les taux d’évaporation sont très faibles en raison du froid, de sorte que le terrain est marécageux et humide, avec de nombreux cours d’eau et lacs.
  • Avec ses 233 km², le lac Teletskoye est le plus grand des 3000 lacs de l’Altaï.
  • Les crêtes de l’Altaï forment le bassin d’alimentation des fleuves Ob, Irtych et Yenisei.