energie

Les montagnes sont une source essentielle d’énergie pour tous les habitants de la planète. Elles fournissent des carburants issus de la biomasse, comme le bois, les résidus de récolte et le fumier, ainsi que des combustibles fossiles non renouvelables, comme le charbon et le gaz. En raison de leurs caractéristiques physiques, les montagnes sont également une riche source d’énergie renouvelable (hydroélectrique, solaire et éolienne). Ce potentiel énergétique largement inexploité signifie que les montagnes peuvent aider à diminuer la consommation mondiale de combustibles fossiles, qui sont une cause principale de réchauffement de la planète. Mais beaucoup de communautés montagnardes continuent à utiliser des réserves de plus en plus exiguës de bois de feu et d’autres carburants non renouvelables pour la cuisine et le chauffage, qui nuisent à la santé comme à l’environnement. Une grande partie de l’énergie propre renouvelable tirée des zones de montagne est exportée vers les zones de plaine sans que les communautés montagnardes n’en tirent aucun profit. Les habitants de la montagne doivent avoir voix au chapitre dans la planification et le développement des politiques et programmes énergétiques qui reconnaissent leurs besoins et la vulnérabilité des écosystèmes de montagne.

L’énergie et le chauffage

L’énergie est fondamentale pour la vie en montagne, mais son approvisionnement pose des problèmes particuliers. Les systèmes énergétiques classiques, destinés à desservir des zones à forte densité de population, sont souvent impraticables pour les petites communautés de montagne isolées. Le rude climat des régions montagneuses signifie qu’il faut davantage d’énergie pour le chauffage que dans les plaines. Et les besoins énergétiques augmentent rapidement à mesure que les habitants des montagnes cherchent à s’équiper en appareils électroménagers modernes, et que les industries locales, en particulier le tourisme, se développent. La demande augmente également dans les régions de plaine, qui comptent sur les montagnes pour leur approvisionnent en énergie. Les habitants de la montagne ne reçoivent guère de rémunération pour l’électricité, le bois et le charbon de bois qui sont tirés de leurs terres. En revanche, ce sont eux qui en supportent les plus grosses conséquences négatives, aussi bien sociales qu’environnementales.

Alimenter la croissance pour les habitants des montagnes

Le développement durable des montagnes passe par une alimentation adéquate et sûre en énergie. Pourtant, de nombreuses sources d’énergie actuellement utilisées dans les régions de montagne détériorent leurs fragiles écosystèmes. Les combustibles issus de la biomasse, pour l’essentiel le bois de feu, assurent plus de 90 pour cent de l’énergie dans les régions montagneuses. Mais les réserves sont menacées par la croissance démographique, et il existe d’autres inconvénients à l’utilisation de ces carburants. La fumée des feux et des fourneaux servant à la cuisine et au chauffage pollue l’environnement et est mauvaise pour la santé des habitants. L’utilisation de fumier et de résidus de récolte comme combustible prive le sol d’un engrais organique précieux. Pour répondre aux demandes croissantes d’énergie, certaines communautés de montagne se tournent vers les carburants non renouvelables comme le kérosène, le diesel et les piles sèches, nuisibles à l’environnement. Il faut des politiques et des programmes énergétiques qui tiennent compte de la vulnérabilité des écosystèmes de montagne et de la nature des communautés montagnardes. Ces politiques et programmes doivent être mis au point par les habitants eux-mêmes pour assurer que les technologies correspondent à leurs styles de vie et répondent à leurs exigences réelles.

Energie verte – à profusion

Compte tenu de leur altitude, de leur inclinaison et d’autres caractéristiques physiques, les montagnes sont les centrales électriques de la terre qui fournissent une énergie propre et renouvelable. Leurs sommets imposants détiennent un énorme potentiel de production d’énergie hydraulique, solaire, éolienne, géothermique et autres pour les communautés montagnardes et les populations en aval. Mais seule une petite partie des ressources d’énergie renouvelable des montagnes du monde est exploitée. Figurez-vous que:

  • moins de 5 pour cent du potentiel hydraulique à petite échelle du monde a été exploité;
  • le soleil pourrait produire au moins 1 000 fois plus d’énergie utilisable qu’il n’en faudrait à l’homme;
  • les turbines pourraient fournir 20 000 terawatt-heures d’électricité éolienne par an, soit deux fois plus que le monde n’en a consommé entre 1987 et 1988;
  • plus de 50 pays en développement pourraient produire autant d’énergie des résidus de la production de sucre qu’ils n’en utilisent actuellement avec le pétrole qu’ils importent.

Les sources d’énergie renouvelable sont de plus en plus viables à mesure que les prix baissent et que les technologies gagnent en efficacité. Mais les habitants de la montagne ont besoin d’un meilleur accès au crédit, à la technologie et à l’information.

Une source d’énergie ancienne

Pendant des siècles, les habitants des montagnes ont utilisé l’énergie hydroélectrique pour la minoterie et d’autres tâches agricoles. Avec leurs pentes raides, leurs hauts niveaux de précipitation et leurs réserves d’eau sous forme de neige et de glace, les montagnes peuvent constituer une source principale d’hydroélectricité qui constitue 19 pour cent de l’alimentation électrique de la planète; plus de 150 pays l’utilisent, et 50 pays en dépendent pour plus de la moitié de leurs besoins d’électricité. Mais elle reste encore à exploiter dans une grande partie du monde en développement. Les habitants des montagnes n’ont guère tiré profit des centres de production existant dans les pays en développement, construits essentiellement pour satisfaire les besoins des populations des plaines. Par ailleurs, autrefois, de nombreux barrages, routes et réservoirs construits pour l’hydroélectricité ont laissé des cicatrices sur les paysages, privé les habitants des terres agricoles, augmenté le risque de glissements de terrain et d’inondations et forcé les populations de montagne à se déplacer. Aujourd’hui, les gens sont de plus en plus conscients que la construction de grandes centrales hydroélectriques en montagne peut avoir des conséquences environnementales et sociales désastreuses.

« Small is beautiful »

Les petites installations hydroélectriques – dont la capacité va de quelques kilowatts à plusieurs dizaines de kilowatts – ont un vaste potentiel de promotion du développement économique et de l’autonomie des zones de montagne, sans porter atteinte aux cultures locales ou à l’environnement. Fondées sur des technologies relativement simples, les petites usines hydroélectriques prennent l’énergie des cours d’eau et des petits ruisseaux qu’elles convertissent en électricité à l’usage des populations locales pour les usages domestiques, l’irrigation et la petite industrie.

alphalingmind.eu
Apprenez une nouvelle langue rapidement!
https://alphalingmind.eu/

Les petites centrales hydroélectriques sont particulièrement adaptées aux besoins énergétiques des communautés isolées et disséminées sur les hauts plateaux. Par exemple, à Salleri, un village de montagne au Népal, une petite installation hydroélectrique a renforcé la communauté en multipliant les petites entreprises prospères, ce qui a arrêté l’exode vers les centres urbains des habitants en quête d’emploi. Un appui international plus soutenu pour la promotion de petites installations hydroélectriques, assorti d’une assistance financière pour le démarrage et la formation, accélèrerait l’utilisation de ces technologies prometteuses.

Soleil, vent et sources d’eau chaude

L’altitude et l’inclinaison des montagnes leur donnent un avantage sur les zones de plaine pour ce qui concerne la production d’énergie solaire, surtout à 35 degrés autour de l’Equateur. En effet, les plus faibles latitudes ont une radiation plus diffuse et moins de couvert nuageux que les grandes latitudes. En outre, les sommets enneigés font office de réflecteurs géants de l’énergie solaire, ce qui permet de capturer les rayons. La technologie la plus fiable utilise des cellules photovoltaïques pour convertir la lumière en électricité. Elle est propre, n’utilise aucun carburant et ne fait aucun bruit. Les systèmes photovoltaïques solaires peuvent servir à pomper de l’eau pour les hommes et le bétail, à créer de l’énergie pour les grillages électriques et les systèmes de communication.

L’énergie solaire est en train de faire son chemin dans les zones de montagne. L’éclairage par systèmes solaires a été introduit avec succès dans de nombreuses régions montagneuses. Les fourneaux solaires sont très répandus dans les montagnes de Chine et d’Inde. Le chauffage solaire est de plus en plus utilisé dans les bâtiments du Tibet. Sur les hauts plateaux de Bolivie, où seulement 20 pour cent des ménages sont reliés au réseau national et où le bois de feu est rare, les systèmes solaires fournissent à 2 000 foyers l’énergie nécessaire pour le chauffage, l’éclairage et la cuisine. Quasiment toutes les installations de télécommunications et les aéroports isolés au Népal sont alimentés par l’énergie solaire.

L’énergie éolienne progresse à un rythme annuel de 30 pour cent et représente désormais la source d’électricité la plus économique aux Etats-Unis. Elle détient un énorme potentiel dans de nombreux sites de montagne, et son succès en Suisse et en Norvège a montré qu’elle peut constituer une source viable pour certaines communautés agricoles de montagne. Dans les Alpes suisses, on envisage d’utiliser l’énergie éolienne pour les canons à neige dans les stations de ski afin de limiter les dégâts infligés à l’environnement par les infrastructures touristiques.

L’énergie géothermique provenant des sources chaudes que l’on trouve souvent en montagne pourrait être exploitée pour chauffer les habitations et l’eau, mais le transport de ce type d’énergie sur de grandes distances constitue un problème.

De nombreux efforts pour encourager des sources d’énergie de remplacement échouent compte tenu des coûts élevés, des difficultés d’installation et d’utilisation, et de mauvais services de maintenance. Pour en savoir plus, veuillez cliquer ici.