France

Flag of FranceLes montagnes couvrent 23% du territoire français (Alpes, Pyrénées, Massif Central, Jura, Vosges et Corse), avec une population de près de 4,5 millions d’habitants. De vastes zones ont été désignées comme parcs nationaux ou régionaux.

La France a une politique de la montagne depuis le début des années 70, et les politiques sont désormais mises à jour par le Conseil national de la montagne (CNM), l’organe officiel chargé des questions de montagne. Le CNM est présidé par le Premier Ministre, et son secrétariat est la Délégation à l’Aménagement du Territoire -DATAR – relevant du Ministère du territoire et de l’environnement. Le travail de la commission est accompli par des groupes thématiques (ex. agriculture, forês, tourisme, et comprend également des représentants de chacune des zones montagneuses. Tous les deux ans, le CNM examine des propositions de politique nationale presentées par ses différentes commissions. Les conclusions de la recherche menée récemment par les autorités d’évaluation de la politique sur la montagne ont été publiées en 1999. Comité national pour l’Année internationale de la montagne

Un secteur chargé de l’Année internationale de la montagne au sein du CNM a été mis en place début 2001, dans le but d’exploiter l’Année pour se concentrer sur les politiques à long terme de protection de la montagne. Dès le début, la ville de Chambéry – qui a accueilli le premier Forum mondial de la montagne en 2000 – a été désignée officiellement comme “point focal’ pour les activités de l’Année en France. La Muncipalité de Chambéry a ensuite créé l’Association Montanea pour coordonner ses activités, et servir de comité national. L’Association a été créée dans le cadre de l’Année internationale de la montagne, mais son mandat a une optique à long terme pour la mise en œuvre des activités au-delà de 2002. Sa raison d’être est encadrée dans une initiative nationale mais s’efforce d’intégrer la collaboration internationale. Le but immédiat consistait à sensibiliser davantage le public sur les questions de montagne et à souligner ce qui a été déjà accompli en matière de gestion des ressources naturelles, notamment par les populations locales.

Les organes suivants ont été les membres fondateurs de l’Association

Montanea:

Gouvernement:
Mairie d’Aurillac,
Préfecture de Savoie

ONU:
FAO

ONG:
Syndicat National des Accompagnateurs de Moyenne Montagne,
Secours Aériens Français

Institutions de recherche:
Observatoire Européen des Forêts de Montagne,
Université de la Savoie

Société civile:
Aménagement et Montagne
Le Dauphin Libéré
La Fédération des Maîtres Chiens d’Avalanche
Festival International des Métiers de la Montagne
Scène Nationale André Malraux
Télévision 8 Mont-Blanc

La désignation de Chambéry comme point focal voulait aussi dire que le comité bénéficiait de la présence de l’Université de la Savoie qui accueille l’Institut de la montagne et offre des liens avec les organismes suivants:

  • Association Nationale des Médecins de Montagne
  • Syndicat National des Guides de Montagne
  • Association Nationale des Pisteurs Secouristes
  • France Neige Internationale
  • France Ski de Fond
  • Ski France International
  • Parc National de la Vanoise
  • Touristes Chambériens et Amis de la Montagne
  • Club Alpin Français de Rhône-Alpes

Activités préparatoires pour l’Année internationale de la montagne

Aux côtés de la Suisse et de l’Italie, la France a fait œuvre de pionnière pour faire avancer l’agenda de la montagne. Le premier Forum de la montagne tenu en juin 2000 a été organisé à Chambéry, et la France a joué un role pilote dans les préparatifs de la deuxième réunion mondiale de la montagne à Quito (septembre), participant au lancement d’un programme international de coopération fondé sur des accords conclus durant le Forum (par ex. rassembler les communautés montagnardes, les ONG, les instituts de recherche et les universités, avec le soutien des administrations nationales ou internationales) et pilotant des réunions régionales preparatoires pour concentrer les débats avant Quito.

Une conférence nationale: Les sports de nature: quelles méthodes, quels outils, quels résultats?’ organisée par le Réseau des chercheurs et experts de sports de montagne et de nature, s’est tenue à Valence (29-30 novembre 2001). La conférence visait à rassembler des experts scientifiques pour éclaircir la theorie, la méthodologie et la pratique pour les personnes s’occupant de gestion et de commercialisation des sports de nature. Activités et réalisations durant l’Année internationale de la montagne

Le lancement officiel de l’Année internationale de la montagnes a eu lieu à Chambéry, le 1er février 2002, en présence du Ministre de l’environnement et du Secrétaire d’Etat au tourisme. Les présentations ont mis l’accent sur la mise en valeur durable, en soulignant en particulier les dimensions environnementales, sociales et économiques, et les problèmes d’actualité comme l’impact négatif sur l’environnement de certains projets de grande envergure. Des liens ont été établis entre l’Année internationale de la montagne et l’Année internationale de l’écotourisme.

L’Année internationale de la montagne a lancé en France plus de 100 projets allant de la conservation au développement, de l’éducation à la recherche. Durant l’Année, des manifestations ont été organisées tous les 2-3 jours pour marquer l’engagement envers la mise en valeur durable des montagnes. On peut citer notamment: des manifestations sportives, des festivals, des conférences et des débats; les thèmes couverts étaient aussi vastes que la littérature, l’histoire, les plantes, les chiens, la géographie, la police, la sécurité en montagne ou l’accès aux handicapés.

International:

  • Rencontre pastorale internationale en Corse (mai).
  • Conférence internationale, «la terre, l’élevage et les moyens d’existence dans les montagnes du monde» à Chambéry (26-27 novembre). La conférence visait à partager l’expérience de ceux qui ont réussi à développer un produit, un marché ou une économie basés sur l’élevage dans divers contextes géographiques, économiques et politiques (ex. Savoie, Andes, Tibet ou Afrique), et à créer des liens et un échange entre les participants.
  • Une Conférence internationale « L’eau dans les montagnes, l’aménagement intégré des hauts bassins versants », Megève (5-6 septembre), visait à aider les autorités locales à mettre en oeuvre leurs politiques de gestion de l’eau, en leur offrant des informations sur la fonction des bassins versants, en partageant les expériences et les politiques et en créant un réseau durable de sites pilotes et de soutien pour l’amélioration des outils et des connaissances de gestion intégrée.
  • Le Festival international des métiers de la montagne (28 novembre – 1er décembre), à sa 8ème édition, visait à affronter les problèmes de chômage dans les régions montagneuses, et à offrir une plateforme pour les communautés montagnardes afin qu’elles puissent partager leurs expériences.

A l’occasion de la Conférence internationale des femmes de la montagne, organisée par le Forum de la montagne, une conférence s’est tenue à Chambéry pour mettre en contact les femmes du nord et les femmes du sud réunies à Katmandou (mars).

Conférence mixte franco-canadienne sur l’économie et les territoires de montagne organisée par le Centre J. Cartier et l’Université de la Savoie (mars).

Conférence internationale sur l’histoire de la montagne (décembre).

La première réunion des villes de montagne visait à renforcer la solidarité mondiale et à faciliter l’échange d’initiatives et d’expériences dans le cadre du dixième Anniversaire international pour la prévention des catastrophes naturelles (juin).

Conférence sur les conflits dans les régions de montagne pour examiner les systèmes de défense dans ces régions (mars).

La Conférence et exposition sur les secours en montagne (juin, juillet et novembre), a affronté la question du sauvetage en montagne quelque peu négligée avec l’intention de mettre à jour et améliorer les structures existantes selon les modèles européens.

Festival international du Film de montagne à Ajaccio (octobre).

Interrégional:
XXVIIème Assemblée générale EGS, « Hydrologie et sciences de la terre », Nice (22-26 avril). Parrainée entre autres par AIM France et AIM Allemagne.

La Conférence internationale sur les zones protégées dans les montagnes européennes comprenant des excursions sur le terrain, Chambéry (13-16 novembre), visait à rassembler des représentants des aires protégées de toute l’Europe pour examiner les particularités de la conservation en montagne en mettant l’acent sur les préoccupations actuelleset la coopération paneuropéenne.

National:
Symposium: ‘Géomorphologie: de l’opinion des experts à la modélisation, Strasbourg (26-27 avril)

Soirée de bienfaisance pour recueillir des fonds pour la remise en état d’une école à Kaboul, Chambéry (25 septembre).

Exposition sur les chiens de montagne dans le monde (février /mars)

Education:
Des excursions et des camps pour encourager la découverte des régions de montagne ont été organisés pour les élèves, en particulier ceux des villes de l’intérieur des terres ou des cités difficiles.

En Corse, une expédition d’alpinistes corses a organisé un voyage en Amérique du Sud, avec la participation de plusieurs établissements scolaires pour les préparatifs et l’expédition (février, mars).

Activités promotionnelles pour l’Année internationale de la montagne:
De nombreux événements locaux ont été organisés (expositions, débats publics, cours de formation, films, campagnes publicitaires) pour familiariser le public – qui tend à considérer les montagnes comme sites de loisirs – avec les réalités de la vie en montagne.

Nouvelle législation:
Une nouvelle politique globale pour les montagnes françaises a été définie dans le contexte national, européen et international actuel (2000-2002). La formulation despolitiques s’est inspirée d’un symposium national auquel ont participé d’autres pays européens de régions montagneuses avoisinantes, et qui était destiné à faire partager les idées et objectifs et les attentes des politiques de la montagne.

Recherche:
Un programme national de recherche dans les régions de montagne a été créé (2000-2002) sur la base des projets de grandes organisations françaises, dans le but d’encourager la reconnaissance des montagnes en tant qu’élément scientifique de recherche à plein titre, et non, comme c’est déjà le cas, comme une variation de recherche multidisciplinaire. Cette réévaluation a été également développée à l’échelon européen, dans le cadre de programmes à venir. Au-delà de l’Année internationale de la montagne

La France a promulgué une loi de la montagne en 1998 mais a l’intention d’élaborer de nouvelles initiatives institutionnelles en faveur des zones de montagne. Partenariat de la montagne

La France est membre du Partenariat international pour la mise en valeur durable des régions de montagne.