Guinée

guinea flagDans les quatre régions de la Guinée sont concentrées toutes les caractéristiques topographiques présentes dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest; des plaines étendues, de hauts plateaux séparés par des à-pics et des massifs montagneux entrecoupés de profondes vallées. Le plus haut sommet de la Guinée est le Mt Nimba (1752 m). Les zones montagneuses du pays sont particulièrement importantes car elles constituent une source d’eau pour toute la sous-région. En particulier, les fleuves Niger, Sénégal, Gambie et Mano prennent tous leur source dans le Massif Fouta Djallon à l’ouest du pays.

De nouvelles parcelles sont constamment défrichées au profit de l’agriculture et du pâturage, ce qui se traduit par de graves problèmes d’érosion et la piètre qualité des sols. Les régions de montagne sont inaccessibles, l’eau est une denrée rare et l’extrême pauvreté des habitants de ces zones forcent nombre d’entre eux à se migrer vers les plaines. Les problèmes d’environnement sont exacerbés par le fait que ces zones font aussi l’objet d’une exploitation intensive pour leurs gisements de minéraux.

Les problèmes de développement qui intéressent tout particulièrement la Guinée sont par conséquent la réparation et l’inversion du processus de dégradation des terres, l’aménagement des bassins versants, la conservation de la biodiversité et la formulation de politiques et de lois servant cette cause. L’accès à l’éducation, la sensibilisation, le renforcement des capacités, la sécurité alimentaire et la santé sont autant de problèmes que doit affronter la Guinée. Le pays reconnaît qu’il doit formuler une stratégie de mise en valeur durable des montagnes, et qu’il a besoin, pour ce faire, d’une assistance financière et technique.

Divers projets nationaux et régionaux sont actuellement en cours en Guinée. Un projet pour la gestion des ressources naturelles est financé par le gouvernement guinéen et l’USAID. Le Programme régional pour la mise en valeur intégrée du Massif Fouta Djallon fait intervenir 8 états de l’Afrique de l’Ouest, et un programme intégré de conservation pour l’écosystème des Monts Nimba est en train d’être lancé sous l’égide d’un programme transnational en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Libéria.

Comité national pour l’Année internationale de la montagne

L’organisme chef de file pour le comité était le Département des forêts du Ministère de l’agriculture et de l’élevage.

Composition

Le Point focal et coordonnateur des activités de l’Année internationale de la montagne était M. Yacine Sow, chef de la restauration et de l’aménagement intégré du Massif de Fouta Djallon.

Gouvernement:
Ministère de l’agriculture et de l’élevage
Directeur national des eaux et des forêts
Directeur national de la culture
Directeur national de la recherche scientifique
Directeur national de la météorologie
Directeur national de la décentralisation
Directeur national du tourisme
Directeur national des industries extractives
Directeur national de l’environnement
Directeur national des ressources en eau
Directeur national des affaires politiques

ONG:
Chef du Centre pour l’aménagement du Mt Nimba
Coordonnateur de Guinée-Ecologie

Activités et réalisations durant l’Année internationale de la montagne

International:

  • Un représentant de la Guinée a participé à la Conférence africaine sur les montagnes tenue à Nairobi (10 mai). Le thème de la présentation guinéenne était ‘l’agroforesterie et la biodiversité dans trois bassins hydrographiques du Massif de Fouta Djallon’.

Interrégional:

  • Le ‘2ème Atelier et groupe de discussion entre organismes opérant dans le Massif de Fouta Djallon’ s’est tenu à Labé (30 juillet- 1 août). Des délégués du Mali et de la Guinée-Bissau étaient également présents. Il s’agissait d’examiner la formulation d’un programme de gestion intégré visant à protéger l’environnement et améliorer les conditions de vie des habitants du massif.

National:

  • Un atelier national sur les problèmes d’aménagement durable en montagne a été organisé avec l’appui des partenaires de développement.