Inde

India FlagL’Inde comporte une grande diversité de massifs montagneux. Les plus importants sont la chaîne de l’Himalaya qui s’étire sur tout le nord du pays, les Araballis, les Ghâts occidentaux, les Ghâts orientaux, et les Vindhyas.

La plus vaste zone de conservation de montagne de l’Inde, le grand Parc national de l’Himalaya dans la vallée de Kullu, a été créée en 1999. La zone contient les vestiges de sanctuaires où, au cours des siècles passés, les saints venaient méditer. Toute la gamme de biodiversité de l’Himalaya occidental est représentée, du subtropical à l’alpin, y compris 203 espèces d’oiseaux. Pour faciliter les programmes d’écodéveloppement, une zone de 266 km² comprenant quelque 120 petits villages, a été désignée comme ‘écozone’. Elle renferme également deux réserves de faune et de flore sauvages qui jouxtent le parc. La superficie totale sous administration du Parc national est de 1 171 km². Aussi bien les Ghâts occidentaux que les Ghâts orientaux sont également des sources de biodiversité exceptionnelle. Le nouvel Etat montagneux d’Uttaranchal a été heureux de profiter de l’élan imprimé par l’Année internationale de la montagne pour promouvoir la culture de la montagne et l’écotourisme.

Les défis les plus importants à relever dans les zones de montagne de l’Inde sont la pauvreté, l’érosion des sols, l’assèchement des sources d’eau, le changement climatique, la déforestation et les inondations. En particulier, l’érosion des sols, la sécheresse et la mauvaise gestion des ressources en eau requièrent une attention prioritaire. Les habitants de la montagne trouvent trop souvent que la petite quantité de terres arables disponibles n’est pas une source suffisante de revenus et que l’artisanat traditionnel est en péril à cause de la faible demande pour ces produits. Les infrastructures de base sont rares ou inaccessibles. Et en conséquence, il se produit une migration de masse des zones de montagne vers les plaines et d’autres états.

L’aménagement des bassins versants, en particulier lorsqu’il est appliqué de façon innovante, est considéré comme un moyen viable de conjurer à jamais la sécheresse dans le pays; et après de récentes périodes de sécheresse, les investissements dans les bassins hydrographiques sont devenus une priorité. Certaines études de cas montrent qu’une remise en état écologique est possible dans les terres extrêmement dégradées et que ceci peut relancer les économies locales et réduire la pauvreté de manière durable et rentable. Le succès de certains de ces projets a déclenché un mouvement pour l’aménagement des bassins versants dans tout le pays.

Des projets de reboisement se poursuivent dans diverses parties du pays, dont certains ont démontré que l’intervention internationale associée à la nécessité d’uniformisation lors de la mise en oeuvre de grands projets, peut parfois causer des dégâts dans la grande diversité des arrangements institutionnels locaux; autrement dit, ces projets doivent être exécutés dans un plus grand respect des structures existantes.

L’Institut national de développement rural sis à Hyderabad a récemment publié un ‘Annuaire des Technologies rurales’ visant à fournir des informations utiles aux artisans et les agriculteurs et une série de suggestions pour des techniques simples et durables pour rendre la vie rurale un peu moins difficile.

Le Gouvernement de l’Inde a mis en place le  » GB Pant Institute for Himalayan Environment and Development  » à Kosi Katarmal Almora. L’Institut a été identifié comme organisme central pour faire progresser les connaissances scientifiques, les stratégies de gestion intégrée et identifier des options de mise en valeur durable des montagnes.

Les programmes de développement durable existants en Inde affrontent la conservation de la biodiversité, la gestion des ressources en terres et en eaux, le développement durable des écosystèmes ruraux; l’économie écologique et l’évaluation de l’impact sur l’environnement, la mise en réseaux des institutions et l’investissement humain, la physiologie environnementale et la biotechnologie et les systèmes de connaissances indigènes dans certaines zones du pays.

Comité national /mécanisme national pour l’Année internationale de la montagne

La Commission populaire indienne pour l’Année internationale de la montagne a été créée à l’origine comme comité provisoire jusqu’à la mise en place définitive du Comité national. Le pays a été divisé en huit régions écologiques et ces comités régionaux ont été invités à organiser des initiatives pour l’Année internationale de la montagne. Leur mandat consistait à sensibiliser l’opinion sur les questions de montagne, à coordonner les activités pour marquer l’Année et à créer une base de données de matériels sur les montagnes en Inde, en particulier sur les particuliers, les institutions et les organisations s’occupant de questions de montagne. Le Forum indien de la montagne a été créé durant l’Année ainsi que le Fonds indien pour la montagne. Un sous-comité des médias a été formé pour veiller à la promotion la plus ample possible de l’Année et de ses objectifs. Des sous-comités ont également été constitués sur les réseaux, les initiatives, la culture populaire, un comité technique et un comité du tourisme.

Principales activités et réalisations durant l’Année internationale de la montagne

L’Année internationale de la montagne en Inde a été inaugurée le 11 décembre 2001 par une exposition de photos de deux jours et une réunion-débat avec des participants d’Inde et de Suisse.

International:

  • Le XVIIème atelier international Himalaya-Karakorum-Tibet s’est tenu à Gangtok, Sikkim (25-31 mars).
  • La Conférence internationale sur les enfants de la montagne s’est tenue à Uttaranchal (mai).
  • Le Symposium international sur les systèmes agricoles de montagne a été organisé à Uttaranchal (19-21 novembre), dans le but d’examiner et d’éclaircir des questions de politique et de proposer des idées pour la promotion de moyens d’existence durables par l’agriculture pour les communautés montagnardes isolées du monde entier.
  • Le Mouvement indien pour la durabilité et le 4ème Congrès mondial sur la gestion de l’environnement a été organisé par la Fondation mondiale de l’environnement et tenue à New Delhi (5 juin) ainsi que dans la localité de montagne de Palumpur (7-8 juin), incorporant la Convention internationale de la montagne sur  » Solutions durables pour les écosystèmes montagneux « . Ceci a concentré l’attention mondiale sur les conditions difficiles des montagnards, la nécessité de les aider à atteindre des moyens d’existence durables et à protéger et promouvoir leur patrimoine et leur culture exceptionnels.

National:

  • Durant la Parade de la République le 26 janvier, un tableau dépeignant l’Année internationale de la montagne a été exposé par la Fondation indienne d’alpinisme.
  • Un Séminaire national sur la conservation des Ghâts orientaux a été organisé à Hyderabad (24-26 mars).
  • Une Conférence nationale sur l’Année a été organisée par le Département du Tourisme de l’Uttaranchal, Narendranagar.
  • Le Mouvement indien pour la durabilité: Plan d’action sur la Convention internationale de la montagne, s’est tenu le 7 juin.
  • Une Conférence sur les systèmes de savoirs traditionnels dans l’Uttaranchal a été organisée à Almora/Ranikhet en septembre.
  • Cinq ateliers ont été proposés à Darjeeling, Almora, Kodaikamal, Pachmarhi et Aizol sur des thèmes tels que l’eau, l’agriculture et l’utilisation des terres, la pauvreté, la déforestation, l’érosion des sols, l’ingénierie des montagnes, les questions féminines, les conflits et l’écotourisme.

Société civile:

  • Une expédition de trekking en montagne avec des handicapés a été organisée par SEARCH.
  • La Commission populaire sur l’environnement et le développement a tenu des sessions publiques à Nainital, Itanagar, Kolhapur et Mercara sur les questions de montagne.
  • ‘Trisul 2002’ a été organisé par le Club de l’Himalaya, et comprenait une série de débats et de films du Festival du film de Banff.

Campagnes de sensibilisation:

  • Une importante campagne médiatique a été lancée par le comité national.
  • Le Service des Postes a émis des timbres postaux commémoratifs.