Iran

Flag of IranL’Iran s’étend sur un vaste plateau qui est un des plus élevés au monde. Les Iraniens sont essentiellement un peuple montagnard. Leurs pratiques agricoles sont adaptées aux contraintes particulières du terrain et du climat et la migration saisonnière est encore un aspect important de ces pratiques. L’altitude moyenne des superficies émergées en Iran est de plus de 1 000 m et Téhéran se trouve à 1 800 m. Le Mont Demavend qui culmine à 5671 m est le plus haut sommet du pays.

Le paysage iranien est essentiellement constitué d’une ceinture externe de chaînes de montagnes cernant un haut plateau jalonné d’un entrelacement de chaînes et de plaines désertiques. Les monts Elbourz et Zagros et les chaînes du Nord-Est sont situés au nord et à l’ouest, tandis qu’au sud et à l’est se trouvent toute une série de massifs de hautes terres. Malheureusement, au cours des dernières décennies, compte tenu de l’exploitation minière massive, de la construction de routes et du surpâturage, le Demavend et les autres régions voisines ont été fortement dégradées.

Les montagnes jouent un rôle vital en Iran, situé en pleine zone aride de l’Asie, et les Iraniens dépendent presque entièrement des ressources hydriques des montagnes (sous la forme de neige fondue et de pluies de printemps). Toutefois, cette dépendance est pour ainsi dire ignorée et le gouvernement n’a jamais attaché une attention particulière aux écosystèmes de montagne.

L’environnement montagneux en Iran est dynamique et en constante évolution, avec tremblements de terre, éruptions volcaniques, glissements de terrain et inondations qui représentent un danger constant. Certains des séismes et glissements de terrain parmi les plus violents jamais enregistrés sur terre ont eu lieu dans les montagnes de Zagros et Elbourz. Au début du printemps, il est courant de voir des inondations détruire villages, fermes et même des parties entières de villes. La prévention des aléas et la planification préalable sont par conséquent une question pressante.

Les objectifs classés comme prioritaires en Iran sont les règlements d’utilisation des terres, l’aménagement des bassins versants, la sensibilisation et le renforcement des capacités, la promotion de projets de recherche et de publications sur les thèmes touchant aux montagnes, la formulation de programmes pratiques et de lois sur la montagne. L’Iran a besoin urgemment d’une législation pour protéger ses territoires de montagne, ainsi que ses communautés montagnardes. Celles-ci sont souvent pauvres et isolées et devraient pouvoir avoir leur mot à dire dans les processus décisionnels.

La « Mountain Environment Protection Society » (MEPS) a été fondée en 1993 par un groupe d’alpinistes et de passionnés de montagne à Téhéran. Depuis sa création, MEPS se bat pour la protection et la préservation des écosystèmes montagneux en Iran par la sensibilisation du public et des groupes de pression. Cette première ONG de défense de l’environnement en Iran a organisé des journées de nettoyage et de plantations d’arbres avec la participation du public. MEPS s’efforce de promouvoir la mise en valeur durable des montagnes et le programme de la montagne avec le gouvernement iranien.

MEPS est en train d’exécuter un projet environnemental dans les montagnes du nord-ouest du pays dans le cadre d’un Programme du FEM. Le projet vise à préserver et à restaurer le couvert végétal dans les monts Bozghoosh avec la collaboration des communautés locales. Elle a aussi lancé une campagne pour inclure le Demavend dans la liste du Patrimoine mondial.

Comité national pour l’Année internationale de la montagne

L’organisation chef de file pour l’Année, MEPS, a redoublé d’efforts pour encourager la formation d’un comité national. En juillet 2000, la Faculté de l’environnement a annoncé publiquement que l’Iran célébrerait l’Année internationale de la montagne. Le comité s’est réuni pour la première fois en février 2002, lorsque les objectifs de l’Année ont été fixés et les participants encouragés à mettre au point des initiatives locales pour marquer l’Année. Le Comité de coordination de la R.I. d’Iran pour l’Année internationale de la montagne a lancé des activités, compilé une base de données sur les montagnes d’Iran et commencé à diffuser des informations dans tout le pays.

Composition du comité national

Le comité rassemblait 60 organisations gouvernementales et non gouvernementales représentant tous les secteurs jugés importants et ayant un lien direct avec l’environnement montagneux et l’affectation de ressources. Le comité était coordonné par MEPS, et avait pour vocation l’élaboration future de politiques.

Gouvernement:
Département de l’environnement
Ministère de l’agriculture
Organisation du budget et de la planification
Ministère des affaires étrangères
Organisation des forêts et des parcours
Société d’aménagement des bassins versants

ONU:
UNESCO
PNUD
FAO

ONG:
MAB (Programme l’homme et la biosphère)

Recherche et universités:
Faculté de l’environnement, Université de Téhéran

Activités préparatoires pour l’Année internationale de la montagne

  • La  » Journée internationale des montagnes propres  » en septembre 2000 et 2001, et autres campagnes de nettoyage, ont servi à informer le public des objectifs de l’Année.

Activités et réalisations durant l’Année internationale de la montagne

National:

  • Une conférence de deux jours sur le développement durable des montagnes s’est tenue à Téhéran (8-9 décembre). Parmi les principaux thèmes figuraient les environnements montagneux, les aspects environnementaux, sociaux, économiques et culturels de la vie en montagne, la planification, l’aménagement et l’écotourisme.
  • La Conférence sur le changement dans les terres arides en 2002 a été organisée par l’Université de Yazd. La province de Yazd se trouve au centre de l’Iran, dont le point culminant s’élève à plus de 4000 m. Depuis 1998, les précipitations annuelles à Yazd sont passées de 100 mm à moins de 30 mm.
  • Le Département de l’environnement a désigné quatre nouveaux sites du patrimoine national : Demavend, Sabalan, Alamkouh et Taftan.

Société civile:

  • Des excursions sportives et scientifiques ont été organisées.
  • La Fédération d’alpinisme de la République islamique d’Iran a organisé un championnat international à Arak (20-22 février).

Campagnes de sensibilisation du public:

  • Des milliers de posters, de brochures et d’autocollants ont été distribués dans tout le pays. Des conférences ont été organisées sur les thèmes touchant à la montagne dans différents endroits.
  • L’Année et ses buts ont bénéficié d’une ample couverture médiatique (radio, télévision et presse écrite).

Nouvelle législation:
Un ensemble d’information a été présenté au Conseil suprême iranien du Comité national pour le développement durable, afin de promouvoir la législation sur les montagnes.
Le comité national pour l’Année internationale de la montagne a proposé la création d’un sous-comité de la montagne au sein du Comité national pour le développement durable (déjà créé par le Département de protection de l’environnement) afin de promouvoir une législation sur les montagnes. Une fois approuvé, il constituera le premier organe à reconnaître officiellement les montagnes en Iran.

Publications:
Why Mountains Matter
Alphabet of Mountain Environment in Arid High Plateaus of Iran
Mountain Ecosystems in Iran

Au-delà de l’Année internationale de la montagne

L’Année internationale de la montagne s’est avérée un franc succès en raison de sa dimension internationale. Elle a également eu la chance de tomber une année très pluvieuse en Iran, ce qui a aidé à souligner l’impact du changement climatique et la dépendance à l’égard de la neige pour s’alimenter en eau, et par conséquent, la fondamentale importance des questions concernant la montagne.

Le comité national a aidé à faire prendre conscience de problèmes qui avaient été auparavant largement négligés: le rôle vital des montagnes et la nécessité de préserver leurs écosystèmes fragiles. Un autre aspect important a été le fait de reconnaître la nécessité de nouer des liens avec les centres de recherche, et d’une analyse structurelle des questions de montagne du point de vue environnemental et socio-culturel. Il est désormais envisagé de créer un centre de recherche sur les montagnes, probablement par une collaboration internationale, bilatérale ou régionale – ICIMOD au Népal a déjà offert son aide.

Partenariat international pour la mise en valeur durable des régions de montagnes, ou Partenariat de la montagne

L’Iran est membre du Partenariat.