Italie

Flag of Italy Les montagnes occupant occupent 54% du territoire italien, les questions liées à la montagne constituent une priorité pour le pays. Les Alpes et les Apennins sont des zones à haut risque du point de vue environnemental et hydrogéologique, mais aussi en termes de déclin démographique et de perte de traditions et d’identité culturelle. Le sud du pays est confronté à des problèmes de dépeuplement et à un début de désertification dû à une mauvaise gestion du territoire.

L’Italie s’occupe depuis longtemps d’aménagement des montagnes, et l’Année internationale de la montagne en 2002 a permis de donner un nouvel élan aux projets et activités existants.

Comité national

L’Italie a été l’un des premiers pays à former un Comité national en vue de l’Année internationale de la montagne. Le Comité a été constitué début 1999, avec les membres suivants:

Gouvernement:
Groupe parlementaire, «Amis des montagnes »
Unione Nazionale Comuni Comunità Enti Montani (Union nationale des municipalités, communautés et institutions de montagne) – UNCEM

ONG:
Association européenne des élus de la montagne (AEM)

Recherche et communauté scientifique:
Istituto Nazionale Ricerca Scientifica e Tecnologica sulla Montagna (INRM)
Fondazione Courmayeur
Comitato EV-K² -CNR (a également fait fonction de secrétariat ou d’organe coordonnateur du Comité
national italien)
Federazione Bacini Imbriferi (Federbim)

Société civile:
Fondazione Giovanni Angelini Centro Studi sulla Montagna
Club Alpino Italiano (CAI)
Club Arc Alpino
Musée national de la montagne ‘Duca degli Abruzzi’
Festival du film de Trento

Activités préparatoires pour l’Année internationale de la montagne

Le comité national italien a été extrêmement actif dans l’organisation d’événements pour l’Année internationale de la montagne, exhortant les associations à y prendre part, et stimulant l’attention des médias et du public. Ainsi, l’Italie a servi de modèle pour les pays encore au stade de la formation d’un Comité national pour l’Année.

Le Comité s’est occupé tout particulièrement de créer des liens durables entre les institutions de recherche et les autorités locales et nationales. Un de ces mécanismes est l’Institut national pour la recherche scientifique et technologique sur les montagnes (INRM), fondé en 1997, qui est chargé de la promotion de contacts et de -la collaboration aussi bien sur le territoire italien qu’au-delà des frontières. Dans le cadre de l’Année internationale de la montagne, l’INRM a conduit une enquête avec la FAO sur les conditions des habitants de la montagne dans les pays en développement.

Outre les nombreuses conférences, expositions et événements médiatiques organisés en préparation de l’Année internationale de la montagne, le Comité national a créé le portail de la montagne: www.montagna.org, qui constituera une source de référence permanente, complète et régulièrement mise à jour sur la montagne destinée aussi bien au public national qu’international. Le but du site est de promouvoir, organiser, créer et diffuser des programmes culturels et scientifiques, des projets éditoriaux et des activités sociales -ciblés sur les questions de montagne.

Activités et réalisations durant l’Année internationale de la montagne

International:

  • « Haut sommet 2002: Conférence internationale sur les plus hauts sommets des continents » -vidéoconférence interactive tenue dans plusieurs sites montagneux et parrainée par le Comité national italien pour l’Année internationale de la montagne (6-10 mai). Des débats se sont déroulés autour de cinq aspects clés du développement en montagne: eau, culture, économie, risques et politique. Le débat final était axé sur l’élaboration de directives pour des politiques futures sur la montagne.
  • L’Italie a joué un rôle clé dans la réalisation du projet international de développement: ‘Mise en valeur durable des montagnes dans la région méditerranéenne (2000-2002). Ce projet faisant intervenir les pays d’Afrique du Nord, du Proche-Orient, d’Europe de l’Est et de l’Ouest visait à consolider et à diffuser des approches et des pratiques participatives et intégrées de mise en valeur durable des montagnes dans les régions montagneuses de la Méditerranée. Il s’agissait là d’une initiative qui tombait à pic pour affronter les problèmes d’évolution démographique, de désertification, et de perte de la biodiversité – thèmes tous en grande partie ignorés dans ces régions—-.
  • La 1ère Conférence internationale interactive des régions de montagne méditerranéennes, issue du projet de développement, ‘Mise en valeur durable des montagnes en Méditerranée, s’est déroulée à Cosenza (Calabre, 13-15 décembre).
  • Le projet à but non lucratif ‘SOS Mountains’ a créé un fonds visant à poursuivre le soutien en faveur des programmes et projets internationaux lancés par le Comité national, au-delà de 2002.
  • « Les femmes sur le toit du monde », la première conférence mondiale rendant hommage aux femmes des zones de montagne et aux femmes alpinistes, s’est tenue à Bolzano (31 mai).

National:
L’Italie a conçu un programme de formation national en collaboration avec les autorités régionales afin de diffuser des informations sur la culture des montagnes. Des foires commerciales ont été tenues à l’échelon national, -et huit talk shows thématiques portant sur les questions de montagne ont été retransmis à la TV nationale. Une série de projets sur l’éducation et le sport ont également été organisés afin de renforcer la prise de conscience sur les questions de montagne parmi les jeunes.

Douze projets sur des thèmes spécifiques se sont déroulés dans douze régions italiennes différentes durant l’Année internationale de la montagne. De 2000 à 2002, le projet MOUNTAIN PRUSST a défini un modèle méthodologique pour la promotion de la mise en valeur durable des régions de montagne fondé sur l’analyse de 5-6 activités pilotes.

Parmi les nombreuses activités organisées durant l’Année, on peut citer:

  • Le lancement de la Carte de crédit de la montagne, dont un pourcentage des profits a été dévolu à des projets axés sur le développement des régions montagneuses.
  • ‘Le Musée national de la montagne célèbre –l’Année internationale de la montagne’ comprenait un calendrier de manifestations, dont des expositions de photos et des projections (Turin).
  • Le Concours international du vin de montagne s’est déroulé à l’échelle nationale puis internationale pour découvrir les meilleurs vins produits dans les zones d’altitude.
  • L’exposition conférence ‘Bosco e Territorio’ tenue près de Turin, abordait les aspects commerciaux et techniques liés à la foresterie, à l’exploitation et aux approches écologiques d’utilisation du bois comme source d’énergie (5-8 septembre).
  • L’Association « Gruppo Gualdo Cultura Sport » de Sesto Fiorentino a organisé une série d’expositions, de conférences et de concerts pour marquer l’Année.

Vers une nouvelle législation

A l’échelle nationale et locale, de nombreuses initiatives et appels ont été lancés pour marquer l’Année internationale de la montagne.

  • Le Comité national a réuni une délégation technique de représentants d’instituts et d’associations pour rédiger les priorités d’amélioration de l’aménagement des montagnes à soumettre au Gouvernement italien.
  • En 1999, un pacte a été signé par 5 régions reconnaissant la nécessité de venir en aide aux économies locales des Apennins et d’élaborer des stratégies de protection de ces zones, de l’agriculture traditionnelle et de l’artisanat, de la culture et de l’environnement.
  • Dans un petit village près de Sondrio, un projet expérimental a créé de nombreux emplois après des années d’abandon. Une petite ville près d’Imperia a été relancée comme station touristique.
  • La fondation Arnaldo Colleselli de Belluno a publié un ‘manifeste’ intitulé ‘Mountain Fair Government’. Destiné essentiellement aux institutions politiques, il invitait à une coopération active entre les institutions régionales, nationales et européennes.
  • Un appel a été lancé aux gouvernements national et régionaux par les provinces de Pesaro et Urbino pour agir dans les plus brefs délais afin de mettre en œuvre des politiques claires pour protéger les petites communautés montagnardes et freiner le dépeuplement et l’appauvrissement.

Publications

Parmi les publications principales, citons:

  • Social History of International Mountaineering.
  • Milano e le sue montagne (Club Alpino Italiano, Milan)
  • Enciclopedia Italiana Treccani (volume consacré aux montagnes)

Partenariat international pour la mise en valeur durable des régions de montagnes, ou « Partenariat de la montagne »

L’Italie a adhéré au Partenariat en 2002. En octobre 2003, elle a accueilli la première Assemblée mondiale de tous les membres du Partenariat à Merano (5-6 octobre), manifestation organisée conjointement par les Ministères des Affaires étrangères et des Affaires régionales. La réunion a permis d’identifier les besoins, priorités et problèmes communs et d’étudier les questions principales liées à la structure, à la composition et à la gouvernance du Partenariat.

Au-delà de l’Année internationale de la montagne

L’Année internationale de la montagne en Italie a donné l’élan pour la reformulation de la loi sur les montagnes afin de mettre l’accent sur les zones marginalisées au sein des systèmes montagneux. A la clôture de l’Année, les préparatifs pour la création de la ‘Fondazione Italiana per le Montagne’, le mécanisme succédant au Comité national italien pour l’Année internationale de la montagne, étaient également en cours.