Lesotho

Lesotho flagLes montagnes jouent un rôle important dans la vie des habitants du Lesotho. Environ 70 pour cent du territoire national est montagneux (plus de 2000 m d’altitude) et quelque 20 pour cent de la population (soit 400 000 personnes) vit dans ces zones. L’avenir de ces régions dépendra de la disponibilité de ressources en eau, et de la capacité de ses habitants de trouver des moyens de subsistance et d’exploiter le potentiel touristique.

Les régions montagneuses sont généralement en mauvais état; le chômage étendu, la pauvreté, la dégradation des sols, la perte de biodiversité et de valeurs culturelles dans les régions montagneuses sont parmi les principaux problèmes rencontrés. Le Lesotho a fait une liste de ses préoccupations principales: conservation de la biodiversité, aménagement des bassins versants, campagnes de sensibilisation, sécurité alimentaire, santé et promotion des produits de la montagne et du tourisme.

Les questions de montagne n’ont guère été affrontées expressément et systématiquement au Lesotho, et jusqu’en 2002, il n’existait aucun groupe de pression efficace pour la mise en valeur durable des montagnes. Dans le pays, il y a une distinction nette entre culture de la montagne (Maluti) et culture des plaines (Lesotho). L’acceptation de la culture Maluti et la promotion de ses valeurs intrinsèques peuvent influencer positivement les perceptions de l’importance de l’aménagement durable des montagnes. Les montagnards au Lesotho possèdent un gisement de connaissances et de compétences qui doit être documenté et consolidé pour les générations futures. Des recherches poussées doivent être menées sur la culture, la biodiversité et les écosystèmes des montagnes du Lesotho.

Les alpages, les landes et les terres humides des montagnes Drakensburg-Maloti au sud du Lesotho sont un réservoir de diversité florale d’une importance mondiale et font partie du Point chaud de biodiversité des Montagnes de l’Est en Afrique australe. Cette zone abrite des communautés rurales pauvres qui dépendent de l’élevage pour vivre. Le surpâturage et les brûlis trop fréquents aboutissent à la dégradation des habitats naturels et des bassins hydrographiques.

En juin 2001, le troisième « Parc de la paix » d’Afrique australe a été créé lorsque l’Afrique du Sud et le Lesotho se sont engagés à conserver et protéger cette chaîne de montagnes. Cette nouvelle zone de conservation transfrontières est financée par un don du FEM jusqu’en 2006. Le projet PNUD/FEM, ‘Conservation de la biodiversité en montagne du Lesotho méridional’ affronte les problèmes de la dégradation des terres et des bassins versants dans les Mts Drakensburg-Maloti en travaillant avec les communautés locales pour mettre sur pied un réseau de zones protégées, à l’abri des pressions du pacage, en adaptant les systèmes communaux de gestion des parcours en zones tampon et en encourageant les pratiques agricoles durables comme les pâturages tournants. Le projet aidera à renforcer la protection de la biodiversité, et à promouvoir l’essor économique régional et le développement durable. Une base de données sur la biodiversité est en train d’être constituée à l’Université du Lesotho et de nombreuses campagnes d’éducation environnementale ont été organisées au niveau local.

Comité national pour l’Année internationale de la montagne

En octobre 2001, Helvetas -Lesotho, avec l’appui de l’Agence suisse pour le développement et la coopération (Pretoria), a piloté la formation du Comité directeur national pour l’AIM.

Depuis lors, Helvetas-Lesotho a joué un rôle de chef de file en rassemblant ministres, secteur privé, centres de formation rurale, agriculteurs et université pour examiner des questions liées à la mise en valeur durable des montagnes.

Le Comité directeur national était chargé de célébrer et de promouvoir l’Année dans tout le pays, et d’encourager de nouveaux projets de recherche dans les régions montagneuses. Le comité a également émis des recommandations en vue de l’élaboration et de la mise en oeuvre d’un programme de mise en valeur durable des montagnes, en liaison avec d’autres organisations en Afrique pour le partage des connaissances et des expériences. Depuis la fin de l’Année internationale de la montagne, il continue à garantir que ce point demeure une priorité pour le gouvernement. A la clôture de l’Année, Helvetas a passé le relais de son Programme de gestion des ressources naturelles- dans le cadre duquel le projet de l’Année a été réalisé – à son nouveau partenaire Serumula, une ONG nationale.

Composition

Le comité directeur national était présidé par le Secrétariat national de l’environnement au sein du Ministère de l’environnement, de la question féminine et des jeunes.

Gouvernement:
Ministère du tourisme
Ministère des affaires étrangères

ONG:
Serumula Development Association
Helvetas Lesotho Swiss Association for International Cooperation

Recherche et universités:
L’Université nationale

Activités et réalisations durant l’Année internationale de la montagne

International:

  • La réunion des points focaux de l’Année internationale de la montagne pour le Sommet mondial sur développement durable s’est tenue à Maseru (31 août). Cette réunion de représentants africains, mais pas seulement (Lesotho, Afrique du Sud, Tanzanie, Swaziland, et Kirghizstan) visait à formuler une contribution aux Sommets de Johannesburg et de Bichkek en 2002. La Déclaration de Moshi, avec la Déclaration de Nairobi, a tracé un cadre complet de la mise en valeur durable des montagnes sur le continent africain en vue du Sommet de Bichkek.

Interrégional:

  • Un événement transfrontières (5-6 septembre), qui a vu la participation d’un groupe de touristes provenant d’Afrique du Sud, visait à promouvoir un tourisme communautaire à gestion conjointe comme autre source de revenus. Cette expérience a montré avec succès qu’il existe un potentiel de développement d’un tourisme équitable, communautaire et transfrontières. Il est prévu que Helvetas et Mokhoro Tours coopèrent à l’avenir pour concevoir d’autres événements de ce type.

National:

  • Un colloque national « l’écotourisme en montagne, clé du développement durable et de la lutte contre la pauvreté » a vu la participation de représentants de la collectivité des districts montagneux du Lesotho. Il s’est tenu à Tsehlanyane (22-24 octobre). Il était articulé en quatre sous-thèmes : La culture traditionnelle, le tourisme, la biodiversité et la gestion communautaire des ressources naturelles dans le but de jeter les bases de projets concrets et de solutions aux grands problèmes des montagnes. Les participants ont émis une déclaration.
  • Le Séminaire national sur la gestion de l’eau a été organisé à Béthel (22-23 août), et comprenait des visites de terrain aux communautés alentour. Il avait pour but de rassembler les partenaires nationaux intéressés pour partager des informations et expériences concernant l’aménagement des bassins versants et la mise en valeur durable des montagnes. A la fin du séminaire, les participants ont formé un réseau, ‘Melupe’.
  • La manifestation « Seed Potato » a transmis le rôle important que la culture de la pomme de terre pouvait jouer au Lesotho, et plus particulièrement dans les vallées de montagne, comme nouvelle source de revenu et de nourriture pour les agriculteurs de montagne.

Campagnes de sensibilisation:

  • Les activités de l’Année internationale de la montagne ont été amplement retransmises dans les médias, en particulier dans une émission radiophonique sur la gestion de l’eau ainsi que dans une émission faisant intervenir les auditeurs sur la mise en valeur des montagnes.

Partenariat international pour la mise en valeur durable des régions de montagne

Le Lesotho est membre du Partenariat de la montagne.

Au-delà de l’Année internationale

L’Année internationale de la montagne a remporté un franc succès et aidé à sensibiliser l’opinion sur l’importance des montagnes comme source d’eau, de minéraux et d’électricité, et à promouvoir le potentiel à long terme de croissance économique grâce au tourisme en montagne.

Le potentiel de mise en oeuvre du développement durable en montagne est encore énorme et Helvetas entend continuer à plaider cette cause. Depuis la clôture de l’Année, des plans ont été dressés pour de nouveaux projets sur la conservation de la biodiversité, l’écotourisme et l’agriculture durable. Au niveau de la communauté, les institutions ont besoin de formation et de renforcement des capacités dans les domaines de l’agriculture durable, de l’écotourisme et d’autres activités rémunératrices en montagne. Le pays a également besoin de financements pour consolider ces initiatives locales, et la collecte de fonds est devenue une priorité.