Philippines

Philippine flagDans les régions montagneuses des Philippines vivent plus de 8 millions de personnes qui dépendent de leurs ressources naturelles. Habituellement, les agriculteurs de ces régions pratiquent le kaingin, l’agriculture après débroussaillement et brûlis, à laquelle est imputable la destruction de vastes étendues de couvert forestier. Cette méthode culturale a été considérablement restreinte par le Département de l’environnement et des ressources naturelles, et les agriculteurs sont désormais encouragés à intervenir en qualité de partenaires dans l’aménagement forestier par le biais de projets communautaires.

Les régions de montagne sont confrontées à d’immenses difficultés. Les forêts et les sols sont en train d’être progressivement détruits, portant à la perte de biodiversité et de ressources génétiques. Les communautés sont pauvres et les possibilités de moyens d’existence durables sont extrêmement limitées. En raison de leur isolement et de leur inaccessibilité, ces zones sont souvent hors de portée de la loi et de l’ordre, et sont fréquemment bouleversées par des conflits armés internes (en particulier dans le Negros Occidental).

La province de Nueva Vizcaya est montagneuse à 60 pour cent, et abrite diverses tribus indigènes, notamment la tribu de Kalanguya. Dans ces régions, de nombreuses communautés vivent dans l’isolement et bien en dessous du seuil de pauvreté, elles manquent d’eau et dépendent de l’agriculture de subsistance. Les problèmes de santé comme la gale, le goitre et les maladies pulmonaires, sont courantes, aggravées par le manque d’accès aux médicaments et aux équipements sanitaires.

Des campagnes sont en cours pour lutter contre la coupe illégale, le trafic de faune sauvage et les pratiques de brûlis. Les problèmes prioritaires de mise en valeur durable des montagnes sont la conservation de la biodiversité, la régénération des ressources naturelles et le développement de l’utilisation intégrée des terres. Plusieurs programmes d’aménagement forestier sont également en cours dans les régions montagneuses.

Comité national pour l’Année internationale de la montagne

L’organisme chef de file pour l’Année internationale de la montagne était le Bureau d’aménagement forestier (point focal: Romeo T. Acosta). Le Comité organisateur national pour l’Année était appuyé par un groupe de travail technique. Des comités régionaux ont été également constitués. Un site Web a été créé: www.mountainet.ph.

Composition

Gouvernement:
Romeo T. Acosta
Wilfredo S. Pollisco
Concordio Zuniga
Celso P. Diaz
Horacio Ramos
Julian Amador
Directeur, Bureau Affaires publiques
Erilberto Argete
Gloria Arce
Samuel Songcuan
Maria Consuelo Navarro
Représentant Opérations ENR
Représentant Politique et planification ENR
Département de l’environnement et des ressources naturelles
Politique et planification ENR

ONG:
Représentants des ONG, notamment:
Makiling Centre for Mountain Ecosystems

Recherche et universités:
Environmental Science for Social Change
Institute of Philippine Culture

Société civile:
Divers représentants

Activités et réalisations durant l’Année internationale de la montagne

National:

  • Le Comité Negros pour l’Année a été un participant clé de la campagne contre la coupe illégale dans les forêts de la région, et a été particulièrement actif dans l’organisation d’initiatives, soulignant l’importance de l’aménagement des écosystèmes montagneux. Le comité Negros a également organisé une conférence sur les bassins versants, un sommet sur la mise en valeur durable des montagnes (24 juin), des randonnées écologiques, ainsi que des foires commerciales présentant des aliments biologiques et des produits forestiers non ligneux comme les plantes médicinales.
  • Le Mois philippin des montagnes a été célébré en juin.
  • Une conférence multipartenaires sur les bassins versants, les cours d’eau et l’eau visait à rassembler les groupes intéressés à l’aménagement durable des montagnes pour examiner les questions pressantes intéressant les cinq bassins hydrographiques du Negros (13 septembre).
  • Semaine d’entretien des pistes– une campagne nationale a été organisée, avec des opérations de nettoyage, d’entretien des cordes et des échelles et des plantations d’arbres.
  • L’Exposition itinérante d’art de la montagne a présenté l’artisanat des populations autochtones de la montagne.
  • Le “Bicol Five Peaks Event”, initiative d’un mois pour promouvoir les cinq principaux sommets de la région Bicol (Mayon, Bulusan, Isarog, Malinao et Asog).

Education:

  • Un concours national de rédaction sur le thème ‘Why do I climb?’ a été organisé en anglais et en philippin.

Société civile:

  • La première escalade et forum national réservés aux femmes– un rassemblement d’alpinistes philippines– visait à aborder les problèmes des femmes au sein de la communauté d’alpinisme.
  • Un concours de photos ‘Philippine Mountains: Then and Now’ visait à mettre en relief les dommages causés à l’environnement par l’intervention de l’homme.

Campagnes de sensibilisation:

  • De vastes campagnes d’information et d’éducation ont été diffusées à la radio, TV et dans la presse, et ont été traduites en dialectes locaux lorsque les circonstances le permettaient.

Publications:
Mga Alamat ng Bundok, un recueil d’ouvrages sur les légendes des montagnes pour enfants.

Au-delà de l’Année internationale de la montagne

Depuis la fin de l’Année internationale de la montagne, plusieurs manifestations de mise en valeur des montagnes ont été organisées aux Philippines. Une Consultation de réflexion sur la gestion forestière communautaire a été tenue à Quezon City, et visait à examiner les résultats du programme (3-4 février 2003). Un atelier sur les priorités du “National Forest Programme Facility Support” s’est tenu le 5 février 2003, axé sur l’aménagement durable des forêts, la réduction de la pauvreté et les communautés aux Philippines.