Sierra Leone

Sierra Leone flagLes régions montagneuses de la Sierra Leone couvrent environ 20 pour cent du territoire national. Les plus hauts sommets du pays (et même d’Afrique de l’Ouest , à l’ouest du Mt Cameroun) sont le Mt Bintumane (1950 m) et le Sankan Biriwa dans les Mts Tingi (1850 m).

La plupart des zones protégées de la Sierra Leone (réserves forestières, forêts protégées et réserves de gibier) sont situées en haute altitude où l’agriculture est difficile. La conservation de ces zones et de leurs ressources naturelles et bassins versants fait partie de la politique de conservation de l’environnement du pays.

Parmi les principaux problèmes rencontrés dans les régions de montagne figurent les feux de brousse saisonniers et fréquents qui touchent également la faune, la dégradation des terres et la déforestation due à la surexploitation agricole, qui entraîne à son tour l’érosion et les glissements de terrain.

Les priorités de mise en valeur durable des montagnes sont affrontées dans le cadre de plusieurs projets, comme par ex. la campagne nationale de plantation d’arbres qui sera désormais intensifiée dans les écosystèmes de montagne, et les programmes en cours du Gouvernement de décentralisation et de réduction de la pauvreté visant à donner les moyens aux communautés d’aménager elles-mêmes leurs ressources naturelles. Le Gouvernement entend également promouvoir les produits de montagne et le tourisme afin de créer des moyens d’existence durables.

Comité national pour l’Année internationale de la montagne

La Sierra Leone a formé un comité national pour la conservation des montagnes, organe permanent qui a pour mandat de promouvoir la mise en valeur durable des montagnes au niveau national, régional et des chefs-lieux, avec un accent particulier sur la conservation de la biodiversité, la plantation d’arbres, l’aménagement des bassins versants et la mise en valeur des marais des vallées intérieures dans le cadre du programme national de sécurité alimentaire.

Composition du comité national

L’organisme chef de file pour le Comité national était la Division de la foresterie du Ministère de l’agriculture, des forêts et des ressources marines.

Gouvernement:
Division de la foresterie
Division des eaux et des terres
Division de l’agriculture
Ministère de l’énergie
Ministère des terres, du logement, de l’aménagement du territoire et de l’environnement
Ministère du tourisme
Ministère des mines
Division de la faune et flore sauvages
13 membres du Gouvernement

ONU:
PNUD
FAO
UNICEF

ONG:
Conservation Society of Sierra Leone
Youth Groups (Protection de l’environnement)
Action Aid
CRS
Environmental Foundation for Africa

Recherche et universités:
Fourah Bay College, Université de Sierra Leone, Département de botanique
Njala University College, Université de Sierra Leone, Département des sciences biologiques
Fourah Bay College, Université de Sierra Leone, Département de géographie

Société civile:
Association des scouts de Sierra Leone
Communautés de districts ruraux de montagne
Principales sociétés des eaux
Association des guérisseurs traditionnels
Groupe de femmes
Association des charbonniers
Associations d’exploitation du bois d’œuvre
12 chefs traditionnels
8 membres de communautés

Principales activités et réalisations durant l’Année internationale de la montagne

National:

  • Un Atelier de l’Année internationale de la montagne s’est tenu à Leceister Peak dans les Montagnes de la Péninsule à l’ouest (12 décembre), et a réuni plus de 50 partenaires de diverses disciplines et institutions liées aux montagnes pour examiner des propositions de projets sur la conservation et la mise en valeur des montagnes afin de prendre des mesures concrètes.
  • Les communautés montagnardes ont participé à la planification et la mise en oeuvre de programmes de plantation d’arbres autour des régions de montagne, en particulier sur les sommets dégradés des collines. La campagne nationale 2002 de plantation d’arbres a représenté également une occasion de promouvoir l’Année.
  • Quelque 8,5 acres de terres dégradées dans les Montagnes de la Péninsule de la zone occidentale ont été plantées avec 10 000 acacias, en septembre. La Division de la foresterie a été chargée du suivi et de la gestion de la plantation.
  • Des dispositifs de micro-crédit ont été introduits pour les populations montagnardes.
  • Divers projets de mise en valeur des montagnes ont été lancés: par ex. Bambusa Vulgaris a été planté à la source des cours d’eau, de nouveaux contrôles anti-braconnage ont été introduits pour protéger la faune sauvage, des sites potentiels d’écotourisme ont été identifiés, ainsi que des variantes d’utilisation des terres pour les habitants de la montagne. Parmi les autres projets, citons encore la stabilisation des ravines dans les terrains vallonnés, afin de réduire l’érosion des sols, et l’identification des essences végétales rares nécessitant une protection.

Education:

  • Des jeux et des concours de rédaction sur la conservation de l’environnement et les communautés de montagne ont été organisés pour les écoliers, ainsi que des randonnées en montagne.

Campagnes de sensibilisation de l’opinion:

  • Des cassettes audio et vidéo de présentations faites à l’Atelier ont été distribuées un peu partout dans le cadre d’une vaste campagne de sensibilisation sur les questions de montagne, qui comprenait des émissions à la radio et à la TV, des conférences sur l’importance des montagnes dans le développement économique et la distribution de posters et de T-shirts.
  • Un projet sur la surveillance de la diversité biologique a été lancé.

Au-delà de l’Année internationale de la montagne

L’Année internationale de la montagne a mis en évidence le rôle des écosystèmes montagneux et la nécessité de leur conservation et de leur mise en valeur. Elle a également souligné le besoin urgent de plans et d’actions concrets pour réparer les effets de la mauvaise gestion et de l’exploitation de ces zones par des efforts nationaux, régionaux et mondiaux. La collaboration régionale continue entre la Sierra Leone, la Guinée et la Côte d’Ivoire est particulièrement importante dans les Monts Fouta Djallon où se trouvent des bassins versants vitaux.

Beaucoup a été accompli durant l’Année du point de vue de la sensibilisation et de la diffusion d’information sur la valeur traditionnelle des montagnes. Le Comité national estime qu’il est fondamental d’accroître la prise de conscience sur les thèmes de montagnes dans toutes les régions du pays.
Un documentaire est en cours de réalisation sur l’utilisation traditionnelle et culturelle des écosystèmes de montagne en Sierra Leone. Une base de données sur les exigences des communautés montagnardes est en train d’être préparée pour faciliter la valorisation des communautés.