Turquie

Flag of TurkeySituée en plein cœur de la chaîne des Alpes et de l’Himalaya, la Turquie constitue un pont naturel entre les continents d’Asie, d’Afrique et d’Europe. Les montagnes occupent environ les deux tiers du territoire, et ces formations se distinguent par deux systèmes parallèles qui s’étendent le long de la Mer Noire au nord jusqu’aux côtes méditerranéennes au sud, ainsi que par un certain nombre de chaînes volcaniques et tectoniques à l’ouest, au centre, à l’est et au sud-est de l’Anatolie. La topographie irrégulière des systèmes montagneux de la Turquie a créé une grande variété de conditions climatiques et écologiques et d’essences. La plupart des montagnes de la Turquie sont couvertes de forêts et de prairies alpines, une petite partie seulement étant réservée à l’agriculture.

Les montagnes jouent un rôle important dans l’histoire, la culture et l’économie du pays, et nombre des montagnes de la Turquie et de ses voisins ont une valeur sacrée. Le style de vie nomade séculaire avec les pâturages d’été dans les régions montagneuses est encore en vigueur à ce jour, même si les populations nomades sont en nette régression, les dernières vivant principalement dans le sud-est de l’Anatolie et sur le Taurus.

La Turquie s’est efforcée de protéger ses zones montagneuses et a créé de nombreux parcs nationaux et naturels, outre sept réserves biogénétiques. Des dons ont été accordés en faveur du développement socio-économique des villages de forêt, et un plan d’aménagement existe désormais pour le secteur forestier. Toutefois, à d’autres égards, il y a encore des questions ouvertes: les conditions socio-économiques des montagnards, ainsi que les problèmes d’érosion, de surpâturage, d’abattage illicite des arbres et de fréquents incendies de forêt.

Parmi les activités prioritaires figurent désormais la conservation de la biodiversité, la prévention de la dégradation des terres et celle des risques, et l’éducation du public sur les questions de montagne et l’aménagement des bassins versants en particulier.

Les sports de montagne sont très en vogue depuis quelques décennies, mais malheureusement, ils ont eu un impact négatif sur les écosystèmes, en particulier là où l’essor du tourisme n’a pas été planifié. Il existe un fort potentiel d’expansion dans ce secteur, avec de nombreux atouts pour les communautés locales, mais cet essor doit être géré judicieusement. Un des principaux enjeux auxquels est confrontée la Turquie est de développer des initiatives touristiques qui associent les aspects de développement communautaire, le réinvestissement des recettes, la préservation du patrimoine culturel et la conservation.

Au début de l’Année internationale de la montagne, il n’existait aucune législation portant sur les questions de montagne autres que la loi des parcs nationaux. Les institutions et organismes compétents en Turquie reconnaissent désormais la nécessité d’une action et d’une collaboration de longue échéance afin de jeter les bases pour une mise en valeur durable des montagnes conformément aux normes internationales.

Le pays tirerait parti d’une assistance technique et financière de l’étranger ainsi que d’une collaboration régionale. Afin d’encourager l’élaboration de politiques et la prises de décisions à haut niveau en la matière, le Gouvernement entend maintenir le comité national créé pour l’Année internationale de la montagne ou établir un mécanisme analogue.

Un projet pour les aires protégées et l’aménagement durable des ressources est en train d’être mis en place avec le concours financier du Fonds pour l’environnement mondial (FEM). Les activités du projet comprennent les écosystèmes de montagne et leur gestion. Le projet de remise en état du bassin versant de l’Anatolie orientale, financé par la Banque mondiale, suit l’approche d’aménagement intégré des bassins versants et couvre les zones montagneuses.

Comité national

Le Comité national pour l’Année internationale de la montagne en Turquie était composé des représentants suivants:

Gouvernement
Ministère de l’environnement
Ministère du tourisme
Ministère de la culture
Ministère des Affaires étrangères
Conseil supérieur de l’éducation

ONG
La Société pour la Protection de la Nature (DHKD)
La Fondation turque pour la lutte contre l’érosion, le reboisement et la protection des habitats naturels (TEMA)

Nations Unies
Représentation de la FAO en Turquie

Société civile La Fédération d’alpinisme

Le coordonnateur national pour l’Année était le Ministère des forêts.

Un site Web a été créé pour l’Année au sein de la page d’accueil du Ministère des forêts: www.orman.gov.tr(en turc et en anglais). Ce site est encore accessible et mis à jour régulièrement.

Activités et réalisations durant l’Année internationale de la montagne

International:
Premier camp international d’alpinisme à Sütdonduran et escalade du Mt Argaeus (Erciyes).

Interrégional:
Le travail de base a été lancé pour une collaboration sur un programme de formation interrégional en aménagement des bassins versants (voir ci-dessous).

National:
Un symposium sur « les montagnes de Turquie: ressources, communautés et potentiel de développement durable », s’est tenu à Bursa (25-27 juin). La conférence a aidé à attirer l’attention nationale sur la nécessité d’un Programme national de la montagne et d’une Politique nationale. Le but était de fournir une évaluation globale des ressources en montagne (biologiques, écologiques, culturelles et économiques) et de voir comment celles-ci doivent être protégées et gérées à l’avenir. L’accent a été mis sur la nécessité de sensibiliser davantage tout le pays à ces questions et de prendre des mesures contre les initiatives de tourisme non réglementées.

Une forêt commémorative de l’Année internationale de la montagne a été créée près d’Ankara.

Un certain nombre de projets liés aux études écologiques et biologiques et à la protection de ressources naturelles ont été lancés-y compris 15 activités portant sur des thèmes spécifiques, comme la création de la forêt commémorative et la mise en oeuvre de projets pilotes dans les zones de montagne.

Divers projets pilotes ont été lancés par des instituts de recherche, des ministères et des ONG durant l’Année et se poursuivront dans les années à venir, couvrant des thèmes comme les risques liés aux catastrophes naturelles, la pollution atmosphérique dans les forêts de montagne, la flore et la faune d’altitude, les écosystèmes de montagne et la gestion des montagnes, la sensibilisation à la biodiversité et l’environnement, l’aménagement des parcours et la planification.

Activités pédagogiques:
Des expositions et des conférences, des concours de dessins et de rédaction ont été organisés dans les écoles, et des brochures, posters et autocollants ont été distribués.

Initiatives de la société civile:
Un certain nombre de randonnées et d’escalades ont été organisées pour marquer l’Année, y compris une série de dix escalades dans dix différentes régions du pays, portant chacune le nom d’un ancien président turc, qui ont vu une participation internationale.

Une série d’activités a été organisée pour familiariser les citoyens avec les aspects sociaux et économiques de la vie en montagne. Ces projets visaient à améliorer les conditions de vie des montagnards, à aider à créer de petites entreprises, à encourager la commercialisation des produits de l’artisanat et l’agriculture biologique et à promouvoir l’éco-tourisme.

Activités promotionnelles:
Posters, brochures, autocollants et prospectus ont été distribués dans tout le pays, et des billets de la loterie nationale portaient le logo de l’Année internationale de la montagne.

L’Année internationale de la montagne a reçu une vaste couverture médiatique et des films sur des thèmes de la montagne ont été projetés tout au long de l’année. Des timbres commémoratifs ont également été émis.

Nouvelle législation:
Le Ministère des forêts s’est engagé à préparer un programme pour la désignation de nouvelles aires protégées.

Au-delà de l’Année internationale de la montagne

L’Année internationale de la montagne en Turquie a été couronnée de succès et a servi de tremplin pour une action à plus long terme dans le domaine de la mise en valeur durable des montagnes.

Le Gouvernement de Turquie a reconnu la nécessité d’élaborer un programme et une stratégie de mise en valeur durable des montagnes au sein d’un cadre insitutionnel, et le comité national est demeuré opérationnel en tant qu’agence chargée des questions de développement en montagne au niveau national. Le Ministère de l’environnement a lancé un plan d’action pour la mise en valeur durable des montagnes avec l’appui du Ministère des forêts. Toutes les institutions, organismes et ONG apparentés interviennent dans cette étude au-delà de 2002. Le but est de renforcer les atouts des domaines de recherche et autres thèmes liés à la montagne.

Pour ce qui est de la collaboration interrégionale, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizstan et la Turquie entament un projet régional d’aménagement des bassins versants pour renforcer les capacités de gestion efficace.

Membre du Partenariat international de la montagne

La Turquie a fait la demande pour adhérer au Partenariat international pour la mise en valeur durable des régions de montagne.