Les produits de la montagne – améliorer les conditions de vie en hautes altitudes

Bien que les montagnes soient riches en biodiversité, la grande majorité de leurs habitants vivent dans la pauvreté. En réalité, les montagnards sont au nombre des populations les plus pauvres et les plus démunies du monde. Éloignés du pouvoir et des pôles de commerce, ils ont peu d’influence sur les politiques et les décisions qui ont une influence directe sur leur vie et qui contribuent à la dégradation de leurs terres. A l’exception de quelques régions où les communautés montagnardes ont une représentation politique au sein des gouvernement nationaux, leur voix est rarement entendue. Ainsi, nombre d’habitants des montagnes vivent en marge de l’économie comme paysans, bergers de subsistance, commerçants et ouvriers journaliers, et n’ont aucun pouvoir sur ceux qui exploitent leur territoire.

Il existe pourtant un grand potentiel d’amélioration de leurs conditions de vie et de leurs modes de subsistance. Il est en effet possible de promouvoir la vaste gamme de produits, de ressources et de compétences uniques qu’offre la montagne – des produits alimentaires et boissons jusqu’aux plantes médicinales, aux cosmétiques, aux textiles et à l’artisanat. Trop souvent cependant, ces produits sont sous-évalués ou profitent à des entités extérieures qui détiennent le savoir-faire pour les exploiter. Le défi consiste à développer une approche intégrée pour la production, la promotion et la commercialisation des produits de la montagne.

Un projet récent, financé par le gouvernement français, avait pour but de trouver des moyens efficaces de générer des revenus et d’améliorer les conditions de vie des communautés montagnardes pauvres en analysant la viabilité économique, socio-institutionnelle et environnementale d’un vaste éventail de produits des montagnes du monde entier.

Dans la première phase du projet intitulé « Promotion et protection de produits locaux en vue du développement durable des régions des montagnes », des informations ont été réunies sur une gamme de produits au sein de grandes classes de régions. Les produits qui ont contribué de manière significative à l’amélioration des moyens de subsistance et à la préservation de l’environnement des montagnes ont été analysés à tous les stades de la chaîne de production de façon à identifier les moyens efficaces de moderniser les techniques de transformation ou les stratégies de commercialisation.

Les produits les plus prometteurs ont ensuite fait l’objet d’études de cas régionales qui ont attaché une attention particulière à leur reproduction éventuelle à d’autres régions de montagne dans le monde.

En Afrique, de nouvelles cultures arbustives ont été introduites dans la région du mont Kenya où les revenus tirés des cultures de rente traditionnelles, comme le café et le thé, n’ont cessé de diminuer. Les fruits récoltés sont maintenant transformés régulièrement et constituent également une source précieuse d’alimentation pour la population locale. Lire le résumé…

En Asie, l’étude de cas porte sur l’argousier faux-nerprun, dont les baies et les feuilles, hautement nutritives, peuvent être transformées dans une gamme de produits alimentaires, de boissons, de plantes médicinales et de cosmétiques. La plante s’adapte aux terrains difficiles, et aide à lutter contre l’érosion et à nourrir les sols. Lire le résumé…

L’étude de cas sur l’Europe, qui traite de la réussite du « Tome des Bauges » – fromage fabriqué dans les Alpes françaises – souligne l’importance du rôle qu’a joué la formation d’un syndicat pour obtenir la reconnaissance d’un fromage de montagne de qualité. Lire le résumé…

La coopérative communautaire de la ville de Harrop Procter, au Canada, gère les forêts locales sur la base de principes respectueux des écosystèmes et soutient une société de bois d’œuvre et de produits forestiers ainsi qu’une société produisant des thés et des tisanes biologiques certifiés. Lire l’article…

En Amérique latine, la promotion réussie d’une racine andine peu connue, l’arracacha, a encouragé les communautés locales à explorer la versatilité de cette tubercule nutritive. Des communautés au Pérou ont appris à améliorer les techniques de transformation et préparent aujourd’hui un entremets traditionnel à base d’arracacha, connu sous le nom de rallado. Lire le résumé…

Une étude de cas inter-régionale concerne Dean’s Beans, importateur de café aux États-Unis. Cette société prospère n’importe que du café certifié biologique provenant de 11 différents pays dans le cadre du commerce équitable. La société contribue également à l’élaboration de projets communautaires dans chacun de ces pays. Lire le résumé…

Le projet consacré aux produits de la montagne parvient aujourd’hui à la phase du suivi et constitue une activité de base au sein de l’initiative en faveur des moyens de subsistance durables mis en place par le Partenariat des montagnes. Le projet élaborera maintenant des outils et des documents de formation afin de développer les capacités et d’aider les communautés à identifier et à établir des entreprises viables capables d’assurer le développement durable des montagnes. Il créera également une vaste base de données sur les produits de la montagne à laquelle il sera possible d’accéder à partir du site Internet du Partenariat des montagnes.